Les problèmes à gérer

Mardi 5 décembre 2 05 /12 /Déc 20:05
On pensait passer à travers ....

Pour parler d'un souci, il faut l'avoir digérer, assimiler et surmonter. C'est fait depuis peu!

Il y a 3 semaines, le dimanche matin j'avais rendez-vous avec mon chantier pour effectuer des travaux de peinture de haut vol... à 5,7m du sol afin d'envisager de se séparer de l'échaffaudage qui trônait au mileu de notre salon. Peine perdue, j'ai dû décaler les travaux.... à l'après-midi et me passer de passer mon dimanche avec mes enfants.

En arrivant, j'ai eu ce que l'on pourrait appeler un choc visuel aux conséquences traumatiques, qu'il m'a fallu d'abord comprendre!

Après les fortes pluies de la nuit que personnellement je n'ai pas entendu, la nuit c'est fait pour dormir, de l'eau avait pénétrée à l'intérieur de la maison. Le salon était recouvert d'une pellicule de moins d'un demi centimètres d'eau: calcul fait en fonction du nombre de seaux de 10L évacués ! (0,5cm sur 30m² représente je crois 150L d'eau si je sais encore compter ce qui n'est pas certain: vérifier!)


1ère opération: assimiler, comprendre:
  • quelqu'un ou quelqu'une s'est-il introduit pour transformer le salon en piscine: non, évidemment, fausse piste rapidement écartée par la raison cartésienne qui m'anime
  • l'eau s'est introdui par le toit ou par la cheminéee: non le placo serait humide et la descente de cheminée aussi, l'entendement écarte cette hypothèse pas forcément saugrenue au départ
  • seule option, l'eau s'est infiltrée au niveau du sol mais d'où ?
Une analyse de l'extérieur met rapidement en évidence que l'eau s'est certainement infiltrée depuis la façade ouest de la maison. Les fondations sont en effet les pieds dans l'eau et la terre collée à la brique est pleine d'eau. Le maçon a normalement effectué une étanchéité alors pourquoi ?

Première action, écoper, écoper, écoper: 2 seaux, une pelle et un peu plus tard madame apporte l'outil magique: la serpillière.

Le cliché ci-dessous témoigne de l'opération une fois finie: je n'avais pas le coeur à photographier quand j'ai brutalement été mis au contact de la réalité: mon salon est une piscine!

Les 2 seaux en fond de scéne témoignent calmement de la violence des événements précédents, après la tempête, le calme....

On ne se rend pas compte mais le sol est très humide, il mettra plusieurs jours à retrouver son aspect totalement sec!



Pour illustrer les explications , un petit schéma s'impose.

Le maçon a effectivement effectué une imperméabilisation des fondations. Le seul problème c'est le salon est en décaissé est que le niveau de la dalle est légèrement inférieur au niveau du sol extérieur. De ce fait, le joint entre la brique et la dalle mais également une partie de la brique s'est retrouvé directement au contact de la terre lors du remblai effectué par le maçon.

Pas de problème jusqu'à ce que des pluies abondantes viennent gâcher la fête. Le terrain détrempé n'a pas absorbé l'eau et avec une lègère pente défavorable, l'eau s'est accumulée contre le mur ouest et la porosité de la brique n'a pas pesé bien lourd dans la bagarre.

Résultat: dimanche, je peux pas, j'ai piscine!

Dès le dimanche, je contacte le maçon, qui réagit parfaitement au problème, je tiens à le signaler. C'est bon de ne pas se sentir seul au monde. Il se présente dès la fin de matinée pour constater les dégâts et confirmer mon diagnostic

On creuse le long du mur et on constate que la terre est plus que collante tellement elle est gorgée d'eau. Les biceps tournent à plein régime: pas longtemps...

Ensuite, dans une après-midi ensoleillée, à coup de balayette, il passe une couche de produit d'étanchéité sur les briques. J'avoue que cette opération me laisse sceptique: comment un tel produit peu assurer une étanchéité parfaite...

Heureusement Internet est là pour renseigner l'ignare que je suis!

Ci-dessous une petite photo souvenir des fondations remises presque à nue et avant le coup de balayette magique.



Le mercredi suivant, je repasse sur le chantier pour prendre la température du placo, faut dire que cela me travaille un peu les méninges cette affaire. D'autant plus, qu'il pleut tout le temps

Entre temps, le lundi et le mardi, comme cela était prévu, le dégrossi a été fait au moyen d'une sous-enduit d'imperméabilisation Weber et Broutin sur toute la maison (silluc mono L).

A priori selon le plaquiste, le placo n'a beaucoup souffert et il peut sécher. Le contact avec la laine de verre au travers des percées pour l'electricité semble également être positif sur le plan humidité. Bonne nouvelle le salon est au sec!

Un peu curieux, je commence à tater le matériel et je constate qu'à sa base le placo s'effrite: mauvais signe j'en conclus. Ni une ni deux mon sang ne fait qu'un tour. Je vais couper sur 40cm de haut depuis la base et je vais remplacer les plaques. Facile pour un cyberbricoleur...

Bien énervé, j'effectue la découpe le plus précisemment possible le lendemain avec une journée de congés à la clé. Quelle bonne idée, il y a encore 2 minces infiltration d'eau localisées... Là c'est trop!

Coup de fil au maçon, une solution drastique s'impose, il faut relayer cette affaire au rang des mauvais souvenirs ad vitam eternam.

Grands moyens:
  • le maçon creuse le long du mur jusqu'a la semelle de fondations
  • un sous enduit d'imperméabilisation est appliqué le long du mur: Paremurex de ParexLanko
  • pas tout à fait satisfait, je complémente avec 2 couches d'enduit bitumeux NOIRETANCHE de la marque Julien, étalées sur 10 à 15 cm au niveau de la dalle
  • à l'intérieur, au niveau des 2 infiltrations sur 50cm de longueur, une petite couche de sous enduit d'imperméabilisation
  • sur les 5ml de la façade ouest, toujours à l'intérieur sur 5cm le lond de la brique et sur le sol est appliquée une couche de peinture hydrophobe antihumidité et anti salpêtre
  • à l'extérieur, le tout est compléter par un drainage sérieur: pose d'un drain avec géotextile et gravier grossier
Le schéma ci-dessous illustre les moyens mis en oeuvre pour solutionner le problème.

L'eau ne passera plus par mon salon...

Dès le lendemain de l'application de l'enduit bitumeux, le mur montre des signes de remontées d'humidité: il dégorge toute la flotte qu'il a en son seing. C'est beau à vor, ces petites gougouttes qui dégoulinent et puis s'en vont.

Je pense évidemment aux remontées capillaires mais les traces d'humidité s'estompent rapidement. La partie semble gagnée du moins je l'espère... on sera vigilant

A ce jour, malgrès les fortes pluies de ces dernières jours, le salon est resté parfaitement sec, on croise les doigts.

L'ironie de cette histoire est que c'est bonne chose qui nous est arrivée. Si cela était arrivé plus tard, les dégâts auraient être bien plus importants et irréversibles.

En plus ce n'est que du matériel !  Quel philosophe

Quand même, c'est notre future maison b...
Par scalma - Publié dans : Les problèmes à gérer
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 6 novembre 1 06 /11 /Nov 18:47
Les problèmes la suite ...

Au moment de voir comment sera faite la chape d'enrobage des tuyaux du plancher chauffant, c'est là qu'on se rend compte que s'y connaître en construction c'est mieux.

Le type de matériau pour la réalisation de la chape au dessus des tuyau du plancher chauffant est finalement choisi. Ce sera une chape liquide ciment basée sur le produit VISCOCHAPE de la marque SIKA.

J'avais gardé à l'esprit une information communiquée par le maçon: prévoir 6cm de réservation à l'étage. Ce dernier voulait peut-être parler uniquement de l'épaisseur de la chape.

J'ai relayé cette demande au plaquiste qui a respecté à 1cm près la réservation. La hauteur sous plafond au niveau de la dalle est en moyenne 2,55m.

Le problème c'est que ne c'est pas 6cm de réservation qui sont nécessaires mais environ 10cm: 3cm d'isolant, 5cm de chape liquide et 2cm de revêtement de sol.

Pas moyen de faire moins...

Le pire, c'est qu'on moment où le plaquiste m'a questionné au sujet de la réservation, j'ai failli lui dire de mettre le maximum possible, j'aurais suivre mon intuition, je m'en veux un peu,..., beaucoup.

Bref, notre hauteur sous-plafond à l'étage sera de 2,45m au lieu de 2,50m. Tout le monde me dit que ce n'est pas grave, mais bon, c'est mon côté maniaque qui ressort.

L'écrire c'est un peu le digérer.

Qui n'a pas de problème dans sa maison vis à vis de ce qui est prévu.

En ce qui concerne le rez-de-chaussée, la réservation prévue est 11cm alors qu'il aurait fallu 12cm.

Cela passe quand même car nous avons de façon effective 12,5cm sous la porte d'entrée et sous les baies vitrées.

11,7cm à 12cm sont nécessaires, 4,7cm pour l'isolant, 5,5cm pour la chape, 2cm pour le carrelage.

On va surveiller la réalisation de très très près!

Par scalma - Publié dans : Les problèmes à gérer
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 6 octobre 5 06 /10 /Oct 13:32
Les 1er petits problèmes

Avec l'intervention de plusieurs corps de métier et de différents artisants qui n'ont pas forcément l'habitude de travailler ensemble, c'est le moment d'expérimenter les 1ers problèmes à règler.

Que tout le monde se rassure, cette construction ne va se passer sans anicroche, c'est pas l'agence touts risques ici !

Ci-dessous la petite liste des problèmes traités

1 - Coffre tunnel abîmé

Un coffre tunnel a été abîmé par la chute d'une planche lors du décoffrage du rampannage.
Pas d'action à effectuer car les dégâts sont mineurs

2 - Mauvaise dimension châssis triangulaire

Dimension du maçon 210 x 168
Dimension menuisier 200 x 168

Plan fourni au menuisier 200x168, devis menuisier 210x168, côte fourni au maçon = côte devis.

Responsabilité partagée en propriétaire (nous) et menuisier. Le menuisier règlera donc les travaux de maçonnerie qui consiste à combler le trou!
A priori aucun risque de problème d'étanchéité à l'avenir.

Dans la bagarre, on a gagné un châssis triangulaire un peu plus parallèle à la pente de toiture.

A la fin cela donne çà:



3 - Pas de mur d'isolation entre le garage et la chambre à l'étage

Ce mur pourtant décrit dans les plans n'a pas été réalisé. Il sera donc ajouté par le maçon.

Voilà la photo...



4 - Défaut sur la baie vitrée du salon

Un défaut est constaté sur la baie vitrée du salon et nous est signalé par le menuisier. Ce dafaut est une petite bosse à peine visible. Plutôt que de remplacer la baie, le menuisier nous propose
de commander et de coller une baguette pour cacher ce défaut esthétique. Nous acceptons.


Il y aura encore.... mais pour l'instant pas d'incidents majeurs à déplorer qui mette en péril notre projet.
Par scalma - Publié dans : Les problèmes à gérer
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus